Vous êtes ici

Accueil

Prophylaxie

 

La prophylaxie se définit par l'ensemble des mesures prises pour prevenir l'apparition ou la propagation d'une maladie. Il s'agit de lutter contre:

  • La carie
  • La maladie parodontale
  • Répercussions sur l'organisme de la maladie parodontale
  • Le bruxisme

Par ailleurs, les muqueuses et la langue peuvent être le siège de lésions diverses (mycoses, lésions blanches, tumeurs, etc…). 
Une lésion de la cavité buccale peut encore être le reflet d’une maladie systémique (diabète, maladies infantiles, leucémie, etc…).La nocivité du stress, des drogues, de l’alcool, de la fumée et de l’absence d’hygiène est bien connue. 
Une bonne hygiène de vie, le combat de certaines mauvaises habitudes, une bonne hygiène physique et mentale, une alimentation saine et dirigée sont autant de moyens prophylactiques permettant d’éviter la survenue d’irritations et de lésions des tissus durs et des tissus mous de la cavité buccale.Ces maladies ne sont pas une fatalité. On peut garder ses dents toute la vie, à condition de faire ce qu’il faut pour cela.

La carie dentaire

C’est la dégradation de l’émail et de la dentine, conduisant à un ramollissement de ces tissus et la création d’une cavité.
Elle se développe à partir de la plaque dentaire (bactéries + débris alimentaires).
Les bactéries sont présentes en permanence dans notre bouche. Au cours des repas, les débris alimentaires restent collés à la surface des dents. En l’absence de brossage, les bactéries colonisent ces dépôts et fabriquent de l’acide à partir des sucres. C’est cet acide qui attaque et détruit l’émail.
Prophylaxie par le fluor : sous toutes ses formes d’application le fluor est un élément de renfort de la surface de l’émail. Il existe des pâtes dentifrices, des gels, des liquides de rinçage contenant du fluor. Le fluor est en outre un désinfectant.

La maladie parodontale

La plaque dentaire et les bactéries sont également responsables de la maladie parodontale. Elle sont la cause de l’inflammation de la gencive (gingivite) : la gencive est enflée, rouge et saigne au moindre contact. Cette inflamation provoque la destruction progressive du ligament et de l’os sous-jacent (parodontite).
En l’absence de brossage, la plaque dentaire se calcifie (tartre). Le tartre s’insinue entre la gencive et la dent. La gencive n’est plus attachée (poche).

On peut venir à bout d'une gingivite en procédant a un détartrage professionel chez l'hygieniste et a une technique de brossage quotidien appropriée à domicile.

Le tartre est un élément dur et poreux, support pour les bactéries, qui irrite chimiquement et mécaniquement les tissus de soutien de la dent. Il doit être éliminé scrupuleusement.

Le concours de l’hygiéniste dentaire est donc de première importance.

L’hygiéniste est une collaboratrice indispensable dans un cabinet dentaire. 
Diplômée au terme de 3 ans d’études, ses compétences sont les conseils et l’instruction des techniques de brossage et d’entretien, les soins tels que le détartrage, les curetages profonds sous anesthésie, la prise de radiographies diagnostiques et d’empreintes d’orientation.
Assurant scrupuleusement le suivi en matière d’hygiène, elle vous convoque selon les besoins tous les 3, 6 ou 12 mois.

Il existe 4 stades dans la malaadie parodontale, aboutissant à la perte de la dent. 

Au stade 1, tout est réversible grâce au détartrage et à un brossage méticuleux bi-quotidien.

Le stade 1 non traité évolue vers le stade 2 : la plaque dentaire progresse en profondeur, créant une poche. L’hygiéniste (ou le dentiste) procède alors à des curetages en profondeur avec ou sans anesthésie. Tant qu’elle n’est pas trop profonde, la poche peut être supprimée (rétraction gingivale et nouvelle attache). Le brossage bi-quotidien doit alors être complété par un brossage inter-dentaire au moyen du fil dentaire et de brossettes.

Nos hygiénistes vous conseilleront et vous aideront à appliquer toutes ces techniques. 

Le stade 2 non traité évolue vers le stade 3. C’est la maladie parodontale. Le traitement est alors du ressort de la chirurgie à lambeau (voir chapitre chirurgie).

L’os ne « repoussant » pas, la nouvelle position de la gencive découvre davantage les racines (dent longues disgracieuses). Ce défaut peut être corrigé par la mise en place de masques gingivaux amovibles en résine souple (épithèses).

Dans certains cas, ces traitements peuvent être complété par:

  • les greffes osseuses autogènes
  • les techniques de régénération tissulaire guidée (RTG)
  • et des médicaments agissant à l'intérieur des gencives (ex : Emdogain, Atridox)

Répercussions sur l'organisme de la maladie parodontale

On sait que le tabac, le diabète, le sida, la leucémie sont des facteurs aggravant de la maladie parodontale, mais celle-ci est elle-même un facteur aggravant des pathologies cardiaques, articulaires, rénales ou ophtalmiques. La carie dentaire peut provoquer des douleurs violentes qui incitent naturellement au traitement. La maladie parodontale agit sans bruit, sournoisement et ne se déclare par des douleurs que lorsque le mal est déjà fait.
La prévention est donc d’une importance primordiale.

Le bruxisme

Le bruxisme se définit par le serrement des dents au cours de la journée (crispation des mâchoires) et le grincement des dents au cours de la nuit.

Il est le plus souvent la conséquence du stress de la vie moderne.
Cette manie inconsciente a un effet désastreux sur les dents et leurs tissus de soutien.
Ses effets destructeurs intéressent :

  • les muscles : hypertonie, spasmes douloureux
  • les articulations : craquements, blocages
  • les dents : usures, fissures, fractures, mylolyses(fonte de l'émail)
  • les gencives et l’os : perte d’os et mobilités dentaires
  • les défenses de l’organisme : diminution des réactions immunitaires

La prophylaxie du bruxisme passe par :

  • Une prise de conscience et une auto-surveillance
  • Une décontraction psychique
  • Le port d’une gouttière de relaxation portée la nuit (elle diminue les tensions musculaires, soulage les articulations, protège les dents et l'os et supprime le réflexe du grincement)

 

Questions et réponses:

 

Quels sont les dangers des drogues ?

Elles sont responsables de tous les maux déjà décrits concernant les dents et les
tissus de soutien.

Quels sont les dangers du tabac ?

Il diminue les défenses de l’organisme. Il modifie la vascularisation et le fonctionnement de certaines cellules. Il retarde le processus de cicatrisation et constitue un risque d’échec des chirurgies parodontales et implantaires.

Doit-on donner du fluor à un enfant ?

Au cours de la petite enfance, un apport minime de fluor (comprimés 0,25 mg) peut s’avérer utile. Dès que la diète passe à une alimentation salée, un apport médicamenteux n’est plus nécessaire (le sel de cuisine contient du fluor, ainsi que de nombreux aliments).
 

Peut-on contracter des maladies infectieuses lors d’un traitement dentaire ?

Nous prenons depuis toujours les mesures nécessaires de prévention de toute contamination possible ( asepsie et stérilité)

Les salles de traitement sont nettoyées et désinfectées soigneusement tous les jours avec des produits bactéricide, virucide, fongicide et sporicide, tout comme les installations (fauteuil et instrumentation) après chaque patient.
Tous les instruments sont, après chaque utilisation, décontaminés, nettoyés, stérilisés et conservés stériles.
Par ailleurs, une très grande part de notre instrumentation est jetée après une seule utilisation(instruments à usage unique).
Toute l'équipe de soins est vacciné contre l'hépatite.

D’où provient la mauvaise haleine (halitose)?

  • De certaines maladies digestives.
  • De l’alimentation (oignons, ail, etc…)
  • De la bouche (dans le 90 % des cas). Mauvaise hygiene.

Il existe dans la bouche de nombreux endroits de rétention des débris non éliminés (par rinçage et par brossage) qui sont colonisés par les bactéries.

Ces zones de rétention sont :

  • Les espaces inter-dentaires qui doivent être brossés méticuleusement
  • Les rugosités de la langue (la langue doit également être brossée)
  • Les reconstructions dentaires (ponts fixes, appareils amovibles, supra-structures)